• La banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) a organisé la 11ème édition de la journée annuelle de diffusion des comptes du Sénégal ce lundi 15juillet 2019 en présence de Mamadou Ibrahima Lo directeur de cabinet du ministre des finances et du budget, madame Astou Lo Ndiaye conseiller du directeur national de la BCEAO pour le Sénégal ,mr Almadou Am Aminou Lo directeur national de la BCEAO,mr Allé Nar  Diop directeur général adjoint…….A cette occasion mr le directeur  national de la BCEAO Almadou Al Aminou Lo est  largement revenu sur la diffusion des comptes extérieur qui d’après les dernières données révélent que la balance des payements du Sénégal est élevée et excédentaire cette année dans l’ordre de 126 milliard et sur la base de nos premeires estimations provisoires de l’année 2018 ,l’excédant serait d’un peu plus de 500 milliards ,les grandes tendances demeurent les exportations qui continuent et progrèssent.Surtout les nouveaux débouchés miniers pour donner l’exemple du zircon et du titon .En 2013 les exportations ne faisaient 1 milliard ,maintenant nous sommes à 90milliards ,les exportations continuent à bien se porter ,les industries chimiques du Sénégal continue a augmenter leurs exportations  les produits horticoles, produits de la pèche ,de l’or monétaire entre autres produits ,par compte les importations demeurent encore une préoccupation,de même que la facture pétrolière ainsi que les importations de produits alimentaires même si cette année les importations de produits alimentaires connaissent une hausse modeste cela se traduit  par ce qu’on appelle un déficit courant qui permet de mesurer si un Etat utilise l’épargne internationale ou plutôt a elle même une épargne qu’elle peut mettre à la disposition de l’étrangers le compte courant demeure encore déficitaire avec un déficit qui augmente. Mais selon cela s’explique aussi par le fait l’importation de biens intermédiaires et biens d’équipements dans une phase ou l’État du Sénégal fait beaucoup d’investissements a ce domaine ,c’est une tendance qui va se poursuivre surtout avec des investissements dans le domaine pétrolier qui va encore davantage creuser le déficit courant, mais la balance de paiement va  le ressentir parce qu’ une dégradation d’un déficit courant ne va que la ou il y’a des investisseurs-constructeurs ce qui fait que nous allons avoir le compte financier qui va augmenter et la balance de paiement qui n’en suffira pas ,donc la balance de paiement du Sénégal et le déficit courant serait une préoccupation quand il s’agit de produits alimentaires, mais s’il s’agit de produits pétroliers, nous savons que la période  2022 ,2023 la tendance va se renverser c’est au niveau de l’alimentaire  qu’il faut particulièrement insister. Il poursuit en saluant la poche substantielle (les migrants) qui apporte 1000milliard sur l’économie du Sénégal,c’est ainsi que l’État en collaboration avec la banque centrale,
    Le secteur économique…pour redresser la situation  du profit de balance de paiement qui est excédentaire, et appuyer les migrants qui sont les acteurs qui maintiennent les flux de l’économie Sénégalaise.