Un corps peut-il avoir deux têtes ? C’est ce pari audacieux qu’a tenté le Pur en installant Issa Sall comme coordonnateur national dudit Parti et Serigne Moustapha Sy comme Président. L’éclatement est arrivé car les deux hommes ne surfent pas sur les mêmes vagues.
PUR ! La seule évocation de cette formation politique renvoie au «  Dahira Moustarchidina Wal Moustarchidati ». Ce qui fait que cette entité politique a toujours été  perçue comme une PPP( Propriété Personnelle et Privée) de Serigne Moustapha Sy qui nomme et qui dégomme qui il veut. Il s’y ajoute que la Démocratie interne que tentait d’instaurer Issa Sall ne pouvait pas prospérer. Conséquence majeure : le clash était inévitable.
Issa Sall n’est plus coordonnateur du Parti de l’Unité et du Rassemblement (PUR) depuis le congrès ordinaire de ladite formation politique. Celui-ci s’est tenu ce samedi.
Un changement qui tombe plus d’un mois après une sortie très remarquée du guide des Moustarchidines, contre Issa Sall. Sortie dans laquelle, Serigne Moustapha Sy, président du parti, n’a pas caché son mécontentement à l encontre de l’ancien candidat du PUR qu’il menaçait de punir.
Serigne Moustapha Sy n’a pas aussi pardonné à Issa Sall de s’être rendu au dialogue national sans son aval. Lors de l’avant dernière rencontre du Pur, Issa Sall n’a pas été traité en Seigneur. Il n’avait même pas accès au Présidium. Les signaux d’un malaise étaient perceptibles depuis ce jour.
A cela vient se greffer, le fait que Monsieur Sall et Serigne Moustapha Sy n’ont pas été formatés dans les mêmes moules : le premier est un pur produit du dara et marabout de surcroit. Alors que M.Sall est un dérivé  de l’école française qui croit à une Démocratie au propre comme au figuré. Cette dualité au Sommet a fini par créer des contradictions manifestes.
L’échec du bicéphalisme au Sommet
Si on interroge l’histoire récente de la politique au Sénégal , on se rend compte que les duos ont fini par se briser. Le passé nous renseigne sur les problèmes entre Léopold Senghor et le Président du Conseil , Mamadou Dia qu’ il a fini par accuser de coup d’ Etat et bonjour la prison.
Abdou Diouf a écrasé Jean Collin qui était considéré comme l’homme fort du régime. Quant à Me Wade, il a brisé tous ses anciens numéros deux de Fara Ndiaye à Idrissa Seck en passant par Ousmane Ngom entre autres. Ne parlez surtout pas de No 2 à l’actuel Président Macky Sall. Alioune Badara Cissé y a laissé des plumes. Amadou Bâ qu’ on soupçonnait de se positionner pour l’après- Macky a reçu un uppercut. Mieux, le Chef de l’ Etat n’a plus de Premier ministre.
Ces exemples illustrent à merveille que dans ce pays, le bicéphalisme au Sommet n’a jamais réussi. Pour avoir des dents longues, Issa Sall a été sabré par son ancien protecteur.
Alors que Serigne Moustapha Sy et son camp déclarent avoir supprimé les postes de coordonnateur et secrétaire général, le candidat du Pur à la dernière présidentielle, lui, reste formel. ‘’Au moment où je vous parle, je suis le secrétaire général national du Pur. Le Pur est un parti politique, pas un mouvement religieux », rétorque l’ancien coordonnateur national du PUR.